[Français] [English] 
Le commerce international est l'un des facteurs majeurs du réchauffement climatique. Lorsque nous parlons de commerce international il s'agit de 90% de nos biens de consommation transportés par cargos. Aujourd'hui si les cargos étaient un pays, ils prendraient la quatrième place des pays les plus émetteurs de particules polluantes. D'ici demain, en 2050, ils auront vu leur nombre doubler. Selon une étude menée par l'Organisation Maritime Internationale (source : " Prevention of air pollution from ships "), les 866 millions de tonnes de CO2 émises par an vont augmenter de 50 à 250%. 
Cargo échoué sur les côtes des îles Canaries



Une étude annonce en 2009 (source : Fred Pearce) que seulement 15 des plus gros cargos au monde émettent autant de particules (oxyde d'azote Nox, dioxyde de souffre SO2) que 760 millions de voitures, soit autant que la totalité des voitures du monde entier. Si les cargos émettent autant de particules c'est parce qu'ils utilisent comme carburant du gasoil ou du fioul lourd, tout deux extrêmement polluants.

Et même si le prix du pétrole devrait pousser les armateurs à réduire les vitesses et à consommer moins (source : étude OCDE), les émissions de gaz à effet de serre du secteur devraient continuer à augmenter. En terme de coût, les tonnages sont tels que l'impact du transport sur un produit est minime, entre 0,3 et 1,6% du prix du produit selon les armateurs de France. La tendance actuelle tend à proposer des cargos de plus en plus longs (495 m) pour plus de marchandises (19000 containers) et ainsi diminuer le coût d'exploitation. Cependant, alors que la rentabilité augmente, la qualité des marchandises diminue au détriment des producteurs et des consommateurs. A tout cela s'ajoute les collisions avec les grands mammifères marins et les échouements massifs de ceux-ci désorientés par les ondes des sonars et les marées noires.



Emission de grammes de CO2 par passager par kilomètre



Fort de cette analyse comme réponse pertinente aux défis environnementaux qui s'opposent aujourd'hui, il nous est apparu essentiel de développer un transport durable face à la crise écologique. Outre la réduction des émissions carbonées - un moteur reste nécessaire pour les manœuvres de port- le transport à la voile permet le développement d'un réseau interrégional. Cette action locale associe : producteurs, transporteurs et distributeurs autour d'un argument marketing générateur d'emploi et de lien social. Le transport à la voile permet également de revitaliser l'usage des vieux gréements et la tradition du cabotage.



Copyright © 2016. Tous droits réservés.Contactez-nous : contact@venfret.fr